Menu

Cet article a été initialement publié dans l’édition de mars 2021 des 5 articles …en in 5 minutes !

Frédéric Koessler*, Vasiliki Skreta

PNG - 1 Mb

Toute décision économique est fonction des informations à disposition. Il n’est pas rare que ces informations résultent de la tentative délibérée d’un acteur cherchant à influencer le comportement d’autrui. La classe politique manie l’information dans le but d’influer sur les émotions des électeurs, les entrepreneurs choisissent avec soin les informations qu’ils souhaitent révéler aux investisseurs et l’industrie pharmaceutique mène des expériences publiques en vue de démontrer l’efficacité de ses médicaments.

La vaste littérature portant sur l’information design s’intéresse aux différentes manières de concevoir une expérience dans le but d’atteindre un objectif prédéfini, sachant que les résultats devront être dévoilés et que cette expérience ne pourra pas être modifiée une fois connue de la partie adverse. Par exemple, un groupe pharmaceutique est dans l’obligation de déclarer en amont la tenue d’un essai clinique pour un médicament et s’engage à en publier les résultats avec exactitude. La valeur informative des expérimentations optimales ainsi que les limites des résultats possibles figurent parmi les problématiques traitées dans cette littérature. Il est toutefois important de remarquer qu’un agent en mesure de concevoir des expériences informatives génératrices de nouvelles données détient fréquemment des informations exclusives. C’est le cas lorsqu’un groupe pharmaceutique, avant même de déclarer un essai clinique, a recueilli sans en faire part publiquement, des informations sur l’efficacité du médicament concerné.

C’est cette exclusivité de l’information qui fait l’objet d’un article rédigé par Frederic Koessler et Vasiliki Skreta. Les auteurs présentent une analyse générale de cette problématique et proposent un ensemble de débouchés possibles, suivant différents cas de figure. Lorsque le planificateur d’une expérience détient une information exclusive, la nature du problème subit deux transformations fondamentales. Tout d’abord, les incitations qui motivent un planificateur avant l’obtention d’une information exclusive (situation ex-ante) et après l’obtention d’une telle information peuvent diverger de manière non-négligeable. Deuxièmement, des acteurs rationnels soupçonnant l’existence d’informations exclusives verront dans le choix de l’expérience quelque intention cachée. Par exemple, si un groupe pharmaceutique connait les effets secondaires d’un médicament et choisit une expérience qui détourne l’attention de ces derniers, les consommateurs pourraient déduire que l’existence d’effets secondaires est avérée. Les auteurs formulent plusieurs conditions pour qu’une expérience, conçue par un acteur détenant des informations exclusives, puisse générer des résultats ex-ante optimaux. Plusieurs cas de figure sont étudiés : entres autres, celui d’un planificateur qui choisirait une expérience parfaitement informative lorsqu’il ne dispose pas d’informations exclusives, et celui d’un décisionnaire qui ne fait que donner son approbation et d’un planificateur dont les intentions sont « manifestes », c’est à dire qu’il ne cherche qu’à obtenir approbation. Dans ces cas de figure, le fait qu’un planificateur ait la possibilité de s’engager à entreprendre une expérience avant de recevoir une information exclusive est sans importance. En dernier lieu, les auteurs comparent différents concepts de solutions à ce problème en s’appuyant sur la théorie des mécanismes d’incitation lorsque le planificateur dispose d’informations exclusives.

………………..

Références

Titre original de l’article : Information Design by an Informed Designer

Publié dans : PSE Working Paper n°2021-03

Disponible via : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03107866/

Crédits visuel : Shutterstock SFIO CRACHO

* Chercheur PSE